COMMENCER PAR UN HAGGIS | les quartiers de Glasgow

Venez à Glasgow, qu’ils disaient, l’air y est frais et les frites rassurantes !
Réservez une chambre à l’Etap Hotel, une coque spatiale immaculée, où tout s’encastre, s’ajuste, se déplie. Le petit-déjeuner est transparent, les réceptionnistes polonaises et souriantes. Vous serez droit derrière une bretelle d’autoroute et lovés dans un complexe de bâtiments dont la vulgarité vous assène des coups de blues sans retour. Là, vous avez le choix entre un bowling et de multiples restaurants faussement exotiques. Leurs décors en papier mâché, mariachis de pâte à modeler ou gondoles en multiplis se veulent engageants.

Laissez-vous plutôt inviter à dîner chez des locaux.
Il est nécessaire de choisir son quartier. Le West End regorge de petites boutiques de seconde main, de légumes bio et de pelotes, d’échoppes halal et de dattes d’Arabie Saoudite, de tofu au basilic, de cafés littéraires et même de fromages régionaux certes moelleux.
Sur 3 étages, les édifices, dits « tenements » -témoins de l’architecture typique écossaise de la fin du 19ème- ont des vitraux de couleur et des éclats de mosaïque le long des escaliers, des lames de parquet jusque dans les cuisines, des moulures et des cheminées anciennes, du chauffage au gaz et des doubles vitrages.

Or si l’on se dirige au sud ou à l’est, au-delà de la M8 et loin des lions de George Square, on se rend vite compte que les calédoniens affectionnent la moquette bordeaux foncé, sinon en option, d’un bleu pétrole. Les logements ont une propension aux fenêtres minuscules offrant une vue imprenable sur le parking, aux radiateurs électriques branlants, aux tiroirs cassés, au stratifié décollé par l’humidité, aux porte-savons bancals en plastique jauni, aux tapisseries parfois saturées de fleurs et ces abominables plafonds crépis bavant mille stalactites de plâtre flavescent. Ca sent souvent le scotch de supermarché et les ecchymoses.

Cet article a été publié dans Anecdotes d'ailleurs. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour COMMENCER PAR UN HAGGIS | les quartiers de Glasgow

  1. Mel dit :

    Un air familier tout ce que tu décris! C’est fou, quand tu l’as vécu, ce que ces quelques lignes peuvent évoquer.
    Un regret: que je ne sois jamais allée à ce « Glasgow’s Oldest Chippie ». J’ai loupé quelque chose je crois.
    Servus!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s